Tuesday, December 23, 2008


La Tierra del Dragón : Nicho de Reyes
(tome 1) de Tobias Grumm, Edición Equipo Sirius, 2005 (606 p.) 17x24 cm ISBN: 978-84-96554-337

Il y a quelque chose de pourri au Royaume d’Abisinia !
Elvor, le prince cadet, dévoré par la haine envers son père Theorn, un amour trouble pour sa sœur Irka et une jalousie sans borne à l’égard de l’héritier Galendor, a réveillé les forces de l’Ombre et s’est trouvé parmi elles un nouveau maître de magie. Des terres du Nord condamnées depuis des siècles surgissent des hordes de sauvages monstrueux qui ne sont pas sans rappeler les Pictes d’Howard. Ce qui ne semble au départ qu’une simple expédition punitive contre ces sauvages revêt vite des implications beaucoup plus sinistres… Une intelligence machiavélique est derrière ces attaques, la même qui contrôle désormais Elvor et attise son hubris. Le jeune prince et son éminence grise, grâce à une embuscade, massacrent le roi et accusent Galendor de régicide. Le cruel cadet monte sur le trône pendant que l’héritier s’enfuit en embarquant sur un bateau de pirates.
Ce premier roman de Tobias Grumm est très plaisant à lire. Il se dévore d’une traite et on se montre indulgent face aux imperfections de style, au côté un peu attendu de certaines scènes. On évolue en toute confiance dans un univers médiéval fantastique assez classique, au continent morcelé en Royaumes, aux différentes mers, aux promesses d’aventure et d’évasion… Les rebondissements s’avèrent bien minutés et les nombreux personnages – mêmes secondaires - réellement attachants. Sa toute première qualité réside dans cette faculté à camper des caractères, des attitudes et à brosser des situations avec une grande force d’évocation. Pour couronner le tout, l’ouvrage est particulièrement soigné, s’accompagnant de cartes et de belles illustrations intérieures de Manuel Calderón.
Sans être le roman de l’année et ni la révolution du genre, Nicho de Reyes garantit un très bon moment de détente et laisse le lecteur plus que curieux de voir la suite…
(A noter qu'entre-temps, les tomes 2 et 3 sont sortis)

4 comments:

Celine said...

ça a l'air pas mal ce livre. Ta critique semble objective.

Jacques Fuentealba said...

Pourtant, Dieu sait que la fantasy n'est pas ma tasse de thé ! ^^ Mais j'ai effectivement passé un très bon moment à le lire et c'est qu'on attend de ce type de livres.

Céline Brenne said...

Pour le coup, ça donnerait presque envie de se lire un roman en espagnol. :P
De la bonne fantasy, tu dis? ça fait longtemps que je n'en ai pas lu. :(

Jacques Fuentealba said...

ce n'est pas de l'excellente fantasy, mais tout au moins de la fantasy honnête, qui se lit bien.

Dès que je trouve le temps de lire le roman de fantasy de Alfredo Alamo, je le dévore. Si c'est du même niveau que "La dame des fraises", je sens que je vais me régaler !