Tuesday, February 19, 2008

Echange de bons procédés, dirait ce charmant M. Lecter !



L'économie des festivals de l'imaginaire me semblait, depuis que je les fréquente - cela fait 2 à 3 ans - pour le moins souterraine...
Mes deux récentes expériences - Nogent sur Oise et Zone Franche à Bagneux - me l'ont confirmé...
Ces rencontres sont le fruit d'agencement miraculeux des étoiles dans le ciel, des conjonctions exceptionnelles d'astres, qui n'ont lieu en général que... pfffiou... Au moins une fois par an !
Lors de de ces moments privilégiés, les troupeaux de fans déchaînés paissent au pied des tables de leurs bergers qui les abreuvent de fantaisies en tout genre !
Enfin, ça c'est ce qu'on aimerait croire... En fait, ce sont surtout des orgies incestueuses auxquelles on assiste (et participe bien sûr joyeusement ! Ne soyons pas bégueules !). Petit morceau choisi :

- Aaaaah, tiens Machin !!! ça va, ça fait super plaisir de te voir là ! J'ai adooooré ton dernier roman sur la vivisection des vénusiens !!!
- C'est vrai Truc ??? Trop gentil... Ton article dans Fäctions (un mix entre Fäeries et Fiction) sur ma nouvelle saga était chou également !
- Salut Machin, Salut Truc ! Vous ici mais c'est inespéré, comme le monde est petit !!! Par contre, pas de nouvelles de Nécrose ? Hein ?
- Bah non, il semblerait bien qu'ils aient coulé, mais ça m'étonne pas... Ils m'ont refusé un texte...
- Ouais, moi pareil, mais pas un texte, un article... En plus, vous avez vu, ils publiaient Bidule, ce ringard qui se prend pour un vampire... C'est même pas du fantastique, c'est du goooothisme pour midinettes en manque de frisson...
- Ouais exactement, d'ailleurs j'ai même pas lu, tellement c'est nul...
- Ouais t'a raison, moi pareil hein...

Du coup, les présents se félicitent, se font des papouilles, gardent quand même un peu de fiel dès qu'un "ami" s'éloigne, au cas où, faudrait pas être trop élogieux, ça titille l'égo... Les absents prennent quelques petits coups de poignards qui démangent quand même...
Les rituels se succèdent, changent, selon l'agencement des lieux, mais c'est plus ou moins les mêmes qui reviennent : Maxime arrive et avec lui le sourire revient, bière plus ou moins chaude, on lance des "Alors ça Monsieur c'est une revue dans l'esprit pulp, science-fiction, policier, fantastique, western, BD..." et "ça, Madame, c'est parfait pour les 6-12 ans, c'est une revue d'horreur... euh non, de hem... comment non pas d'angoisse, une revue de soucis, voilà, de soucis, c'est bien comme mot, une revue de désagrément... ? L'illustration fait peur ??? Non, c'est rien, regardez, juste un toutou... Comment ? Un loup-garou mort-vivant ? Ah oui, peut-être..."
Lionel choppe et plaque au sol les petits grappilleurs de bonbons (c'est censé attirer les parents, mais c'est pas trop au point comme technique) et il y a les nouvelles rencontres.
J'ai eu la chance d'être assis à Nogent sur Oise de cette année à côté de M. Gevart ! (à la base on était censé être installé à côté de rien du tout, dans un coin paumé à l'étage, mais 5ème Saison a commencé une œuvre de rédemption en nous proposant un petit coin de table en bas, œuvre que nous avons parachevé, par l'action en déménageant tout le bastringue à une table inoccupée). Discussion sympathique, qui m'a permis de connaître le nouveau responsable de Galaxies, que j'avais contacté par mail peu de temps auparavant didon ! Mais... Il m'emprunte deux euros pour question de trésorerie, et pouf, ça disparaît... Je l'accuse surtout pas de vol, c'est juste qu'il a complètement oublié de me les rendre (à moins qu'il les ait subrepticement remis dans la boîte).
Voilà ce que j'appelle de l'économie souterraine, mais attendez, c'est que le début de la démonstration. En même temps c'est aussi les copains, la famille et les amis des exposants qui squattent les repas prévus pour ces mêmes exposants... Argh !
"Dépêchez-vous de vous servir, nous presse une bibliothécaire, il n'y en aura pas pour tout le monde..." Pour le coup, petite déception, mais on comprend que le festin soit revu à la baisse, si tout la smala étendue doit se goinfrer au passage !
L'année dernière c'était royal, au point que mon boss de Black Mamba m'avait demandé de le ravitailler depuis Nogent par Colissimo, en pensant que ça serait pareil cette année... Las ! C'était des plateaux sous vide sans tellement de charme ni saveur. En tout cas, et sans ironie, merci pour le repas et la logistique mise en place !
Economie souterraine toujours, le libraire du coin qui me fait remarquer qu'il n'a plus de Black Mamba ni plus de Borderline, le drame, qu'il a essayé de contacter le boss de BM, sans réponse, lequel me dit pareil dans l'autre sens... Bon, dialogue de sourds au téléphone ? Pas évident, hein !!
Et sur Zone Franche, à nouveau, super rencontres, kikoos, bisous, poutous...
Caza en dédicace, la classe, Naheulbeuk aussi, c'est top !



On héberge une boat-people de l'art sur notre double stand (la charmante Charline) qui finit par être un... double demi-stand, comme je coudoie Jean-Luc Bizien et son fils. Mais on va pas se plaindre, je suis cerné avec Lionel par du beau-monde, surtout que Thomas Bauduret me fait de temps en temps coucou (il me nargue j'en suis sûr) avec sa bière Kwak en main en face de nous.
M. Bizien, ça c'est du personnage que je connais depuis loooooooooooooongtemps, sans connaître !
C'est à dire, on n'a pas gardé de cochons (ou de morues, dindons, poulets ou autres) ensemble, mais il a fait des choses à une époque (j'adore l'expression "fait des choses") qui ne me sont pas inconnus : les JdR Hurlements, Chimères, et il a participé à INS/MV !!!! Ce à quoi je ne peux répondre qu'une chose, raisonnablement : Raaaaaaah !!! Lovely !!!!
On discute alors à bâtons rompus sur les chapeaux de roues, je vous conseille d'essayer un jour, c'est très marrant, mais faut prendre le coup de main.
Je m'éclipse un moment le temps de gagner - c'est-à-dire d'aller chercher mes lots pour un concours de poèmes sur l'imaginaire : Acrostiche, Haïku, Rondelle, en l'occurrence des mangas et revues de mangas, cool - et je reviens reprendre la discussion sur le thème : "Brussolo lui de toute façon il a tout compris, respect !!!"


Je suis pas peu fier d'avoir récupérer un numéro spécial Otomo et je fais au fils en question : "Regarde pas de problème, waoow c'est beau, ça..." En même temps c'est un peu le bordel sur les stands, ça range, ça papotte, ça coule des regards biaiseux, ça fait des mamours ! Mais en rentrant chez moi, je me rends compte, god damned ! que le numéro a disparu. Là encore, je veux accuser personne, peut-être perdu sur le stand, peut-être que le fils en question avait compris que je lui donnais la revue... Pour le coup j'aurais bien aimé pouvoir la lire, mais bon. C'est pas la fin du monde. Mais là encore, économie souterraine : une sorte de collectivisme latent, avec des ressources de fanzineux et d'éditeurs de mauvais genres, mis douloureusement, difficilement bout à bout, se met plus ou moins en place sur les salons. Et tiens que je te passe un exemplaire de ce à quoi tu es abonné, parce que ça m'évite les frais de cochons, et tiens qu'en échange je te refile ce bouquin, dont tu feras une bonne critique, allez, hein...
Dans la précipitation et l'échange suffoquante d'idées avec un acheteur, je m'embrouille, un billet de 20, quoi de la monnaie, qui quoi... J'ai pris le billet, je l'ai rendu?? Tenez la monnaie... Je reste à me demander encore maintenant si j'ai bien pris le billet ou pas, oh !
Et l'économie souterraine, c'est aussi le paiement en nature : morceaux de gâteaux au chocolat délicieux gracieusement données par les fées du stand Fées Divers - Merci mille fois Raphaëlle et la récompense de l'amitié : les bières chaudes de Maxime bien sûr, et celles fraîches et belges de Thomas Bauduret... Ils ont du cœur, ces hommes :))

En bonus, parce que vous avez été sage, une photo de Maxime en mode Profond lovecraftien !



Edit du 4/03/08 : Ayant ignominieusement sali la réputation d'Elric (Bizien Junior), je tiens quand même à m'en excuser hein... Je vais pas commencer à me faire des ennemis dans l'édition, c'est déjà si dur de se faire des amis... :)
On s'est juste mal compris ! Et un ado qui aime Otomo ne peut pas être foncièrement mauvais !!! Surtout avec un prénom comme ça

7 comments:

Anonymous said...

Huhu, je t'avais prévenu : je fais toujours le wendigo sur les photos ! J'ai toute la gazette fortéenne sur le dos, et des cryptozoologistes du monde entier (et d'ailleurs) rêvent de me disséquer (comme tes vénusiens).
Sinon, très bien troussé comme post. On s'y croirait ! (et ravi que ma bière t'aide à survivre dans ce monde impitoyable. Prochaine étape : la Braupils bouillante! Ah, au fait, la Kwak est une grande grande bibine, à boire dans un verre de cocher impérativement (ça ressemble vaguement à un sablier entouré d'une armature en bois). Y a pas à dire, y sait vivre, ce Thomas^^)

P.S : Note aux éventuels lecteurs/fanzineux : Vous aussi, adoptez un Jacques pour vos salons/dédicaces/bar mitzvahs. Il est joueur, fidèle et imite très bien Emmanuelle. En plus, il vend des bouquins. (Fourni avec chaise en osier)

Yap said...

Ah ! Le verre de la Kwak... Il semble avoir été étudié pour qu'on s'en renverse sur la gueule si on fait pas gaffe.

Sympathique post. Ca ferait presque regretter de ne pas y avoir été.

A part ça, ce Bidule me dit vaguement quelque chose... :-D Qui sont les vilains qui médisent de lui ?

Jacques Fuentealba said...

Anonymous... Tu fais bien de le rester, anonymous (mousse de bière ?)

Emmanuelle ! Franchement ! C'est juste qu'il y avait un fauteuil en osier qui traînait là, devant le stand, à Nogent... Alors j'ai pas pu résister, entre toi et Eric qui me traite de pute... Alors là !!!

Yap : Le Bidule restera le Bidule... Tss tss pas de nom, hein !

C'était en plus juste à titre d'exemple, rien à voir avec qui que ce soit d'existant non plus :P

Miss Sand said...

ah, avec le vocabulaire correct, ce serait encore mieux ^^

Ca, ce n'est pas de l'économie souterraine, mais de la gratte, des échanges de bons procédés, voire du troc.

(l'économie souterraine (ou parallèle), c'est le black, le marché noir. Ce que tu décris -savoureusement- n'en est pas...)

Le Bidule, c'est pas le truc de C+, sorte de gode noir à réacteur de fusée ? :P

Jacques Fuentealba said...

C'est un raccourci facile, un élargissement hyperbolique des vues, Sand, si tu préfères. Il est vrai que ce n'est pas à proprement parler de l'économie souterraine, d'autant que la moitié de l'article ne parle même pas de ces échanges "d'objets" mais évoque les échanges verbaux...
C'est juste une façon de mettre le doigt sur un fonctionnement un peu particulier de ces (derniers) salons (où on cause) que nous chérissons, tout cet aspect "souterrain", même si, bien sûr, et une fois encore (je sais que ça te fais plaisir quand on te le dit) tu as raison !
C'est pas C+ ni C-. Enfin, si mais non, voilà. Je le dirais en coulisse, quand il y aura personne pour écouter en douce...

Anonymous said...

Salut, Jacques.
Après enquete diligente, suite à lecture rapide du post, il apparaît que le fiston pensait VRAIMENT que la revue était offerte. D'où disparrition illico in ze sac – c'est équipé, un ado.
Mais il m'a certifié s'être fendu de plusieurs "merci beaucoup" – on peut être un ado poli, aussi.

Donc, la revue...
On te la garde au chaud pour la prochaine fois, ou bien j'échange contre un autre livre ?
Au feeling.
Et... Toutes mes confuses, donc.

JL"putain, la honte, trahi par son fils"B

Monitor de LCD said...
This comment has been removed by a blog administrator.